Consultations grossesse et addictions

L’impact de la consommation d’alcool sur le fœtus – Mai 2015

Mme Louise Nadeau, professeure titulaire au département de Psychologie de l’Université de Montréal et chercheur associée au Centre de recherche Douglas, Institut universitaire sur la santé mentale, Université McGill – Intervention sur la thématique « Impact de la consommation d’alcool sur le fœtus ».

Voir la vidéo

L’exposition prénatale à l’alcool représente un facteur de risque d’anomalies à tous les stades de la grossesse, notamment à son début ; ce risque est commun à toutes les variétés de boissons alcoolisées (apéritif, vin, bière, cidre, spiritueux, etc) et existe même lors de consommations ponctuelles.

L’alcool traverse facilement le placenta et il est potentiellement toxique pour les cellules nerveuses de l’enfant, quelle qu’en soit la dose.

En France, comme dans d’autres pays occidentaux, la consommation d’alcool pendant la grossesse est la première cause de handicap mental, d’origine non génétique, chez l’enfant.

Consommation chronique : un syndrome d’alcoolisation fœtale, lié à un alcoolisme massif et prolongé pendant la grossesse, a été décrit chez 1/600 à 1/1500 naissances ; il associe un retard de croissance intra-utérin, une dysmorphie faciale à type de microcéphalie et de microphtalmie, une atteinte du système nerveux et d’autres anomalies.
Un syndrome de manque est possible en période néonatale (après la naissance) si l’alcoolisme maternel est important au troisième trimestre. Par ailleurs, les alcooliques sévèrement intoxiquées souffrent de malnutrition par manque d’apport calorique et par carence en vitamines B.

Un seul conseil : s’abstenir totalement d’alcool pendant la grossesse.

Des sites pour vous informer : www.alcoolassistance.net
Rubrique “Alcool et grossesse” (Association présente en Rhône-Alpes)

www.alcoolinfoservice (INPES – Avril 2010) : s’informer, trouver de l’aide, un outil d’évaluation de la consommation et d’aide à la réduction…

“Zéro alcool pendant la grossesse” : la recommandation de non-consommation d’alcool pendant la grossesse est mieux connue en 2007 qu’en 2004 (voir enquête).
Plus de personnes (87%) estiment juste l’idée d’une non consommation totale.

“La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant”.
Le pictogramme ou la mise en garde figure obligatoirement sur toutes les boissons alcoolisées.

Voir les résultats de l’enquête : “Alcool et grossesse : connaissances du grand public et évolutions en trois ans”
Evolutions n° 15 – Juin 2008 – Edition INPES)


Consultations Grossesse et addictions

Vous désirez un enfant… Vous attendez un enfant…
Et vous êtes dépendante de la drogue, de l’alcool,
des médicaments…

  • Le Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie – CSAPA –
    de l’Hôpital de la Croix-Rousse à Lyon a ouvert, en mai 2012, une consultation « Grossesse et addictions ».Assurée par le Dr Brigitte DAVID, médecin addictologue, et Madame Claire NICOD, psychologue clinicienne, cette consultation s’adresse aux femmes dépendantes ou consommatrices des produits illicites (opiacés, cocaïne…), de l’alcool, des médicaments psychotropes, enceintes ou désireuses d’une grossesse. Ces femmes seront prises en charge pendant toute la durée de la grossesse et durant les mois qui suivront la naissance de l’enfant.
    Plus d’informations ? Consultez la plaquette
    Rendez-vous au 04 26 73 25 90 et contact possible par mail : brigitte.david@chu-lyon.fr et claire.nicod@chu-lyon.fr
    Le CSAPA s’engage à favoriser un accès rapide aux soins addictologiques.

 

  • Autres consultations spécialisés de même type au sein des Hôpitaux de Lyon (H.C.L.) : Drogues et addictions 

 

  • Le Centre Hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc (LYON 7e) dispose également d’une Equipe pluridisciplinaire spécialisée  dans le soin des patients souffrant de dépendances (alcool, tabac, produits illicites, médicaments, addictions comportementales).